Juliette Dô

Juliette Dô

MSc Supply Chain Management
Responsable de site logistique, Volvo Canada

Pouvez-vous nous parler du métier d’acheteur ?

C’est un métier qui me plaît beaucoup car on doit faire preuve d’une grande polyvalence.

Être acheteur est surtout un métier dans lequel on ne s’ennuie jamais !

Il y a toujours des urgences à traiter et des imprévus qu’il faut gérer. Ces événements remettent en cause tout ce que l’on avait prévu dans notre organisation. C’est vraiment cet aspect imprévu qui me plaît dans le métier des achats.

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai commencé par un stage chez Bombardier dans l’industrie ferroviaire. Suite à ce stage, j’ai été embauchée et j’ai travaillé cinq ans dans cette entreprise.

J’ai ensuite décidé de changer de cap pour travailler dans une PME dans le domaine de l’agro-alimentaire. Je souhaitais rester dans les achats mais voulais voir l’organisation d'une plus petite structure. J'y suis restée deux ans pour finalement retourner vers mes premiers amours chez Bombardier. 

Plus tard, j’ai été démarchée par Volvo au Canada pour travailler au sein de leur service achats via une entreprise de consulting. Il faut croire que le réseau LinkedIn fonctionne plutôt bien !

Je suis actuellement en poste chez Volvo en tant que chef de projet achats pour l’activité qui concerne les autobus.

J’ai davantage de responsabilités que dans mes précédents postes, avec une équipe à gérer sur certains projets. 

Pourquoi avoir choisi de travailler dans la logistique ?

La logistique c’est un domaine très large. Travailler dans les achats a été pour moi une porte d’entrée pour pouvoir toucher à tout. 

Je suis en contact avec de nombreux acteurs comme les ingénieurs, les services approvisionnements et transport.

Le service achats a une vue globale sur l’ensemble du processus logistique.

On est également le garant du bon approvisionnement des pièces en temps voulu. Pour toutes ces raisons, j’ai souhaité me diriger vers le domaine des achats dans le grand domaine de la logistique.

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant ?

Si vous souhaitez devenir acheteur, vous devez être organisé et aimer les challenges. Quotidiennement, il faut tout mettre en œuvre pour obtenir les pièces dont on a besoin. Il faut aller relancer les fournisseurs pour négocier le meilleur coût possible, la meilleure qualité ou même le meilleur délai.

Pour exercer ce métier, il faut vraiment ne pas avoir froid aux yeux et avoir le goût du challenge.

Lorsque j’étais en stage, j’ai découvert pour la première fois un plan technique. Il fallait que j’apprenne à me familiariser avec les pièces détachées. On découvre toute une réalité du métier et acquiert beaucoup de nouvelles connaissances.

C’est comme passer en un instant du statut d’étudiant à celui de professionnel qui doit maîtriser son sujet.

Il faut apprendre à se plonger dans un nouvel environnement. L’univers des trains n’était pas forcément une passion pour moi à l’origine. Mais en arrivant dans le domaine ferroviaire, j’ai vite pris goût à ce milieu. On s’adapte très vite si on a la soif d’apprendre.

Pouvez-vous nous parler de vos études ?

Mes années à l’EM Normandie ont été une superbe expérience. Je trouve que le fait d’avoir une année de césure entre le M1 et le M2 est une opportunité intéressante pour faire des stages à l’international ou en France.

Cette expérience supplémentaire d’un an permet d’arriver sur le marché du travail avec un bon bagage. 

En ce qui concerne le cursus, j’ai constaté une forte évolution entre la première et la dernière année d’études. La fin de cursus est beaucoup plus axée sur la professionnalisation.

Ma spécialisation de Master en Supply Chain était vraiment intéressante car des professionnels intervenaient chaque semaine sur des domaines bien spécifiques. Ces experts venaient partager leur expérience terrain. Cela complétait parfaitement les apports théoriques des professeurs.

Un autre point qui fait pour moi la force de l’EM Normandie, ce sont les missions qu’on réalise tout au long du parcours.

Elles nous permettent de mettre en pratique tout ce que l’on a pu aborder en cours.