Paul De Traversay

Paul De Traversay

Programme Grande École
Consultant Luxe & Retail chez Adone Conseil

Quand je suis entré à l’EM Normandie, je ne savais pas encore ce que je souhaitais faire plus tard. Cela a duré jusqu’en troisième année.

D’autres camarades me disaient que le domaine de la finance était intéressant, je me suis dirigé dans cette voie. J’ai fait une année en alternance chez KPMG. J’ai senti que ce domaine ne me correspondait pas.

Pour ma deuxième année d’alternance, j’ai décidé de changer d’entreprise pour devenir contrôleur de gestion chez Hermès. Il n’y avait pas de place disponible mais on m’a proposé un poste en gouvernance à la DSI. 

Ce job m’a vraiment plu car j’étais en contact avec beaucoup de personnes. Je sentais que j’avais une vraie valeur ajoutée.

Mon projet professionnel s’est rapidement orienté vers le métier de consultant IT dans le domaine du luxe, car c’est ce qui me touche et m’intéresse.

Trouver sa voie

J’arrive dans une équipe assez jeune, ce qui me convient. Il est important pour moi de pouvoir sortir boire un verre avec mes collègues et prendre le temps d’échanger. Cela crée de la proximité et rend le travail plus intéressant au quotidien. 

Dans une DSI, on va à la rencontre de tous les acteurs. Dans le domaine du luxe, on se déplace en boutique et dans les entrepôts pour apporter des solutions informatiques à ces acteurs.

J’aime cette mobilité et le fait de voir des choses différentes tous les jours. Chez KPMG, même si nous avions des clients différents, nous réalisions plus ou moins les mêmes missions, à savoir produire un compte de résultats.

Trouver rapidement ses repères

À l’EM Normandie, on apprend bien. On est préparés à se poser les bonnes questions et à comprendre notre environnement. C’est ce qui compte le plus pour progresser.

Il n’est pas possible de maîtriser la technique dans tous les domaines. Ce qui compte, c’est avoir les outils pour monter rapidement en compétences. 

Travailler en cabinet de conseil

Chez Hermès, je travaillais avec des consultants de chez Adone Conseil. Je voyais qu’ils travaillaient bien et qu’ils cherchaient à recruter. J’ai donc postulé au sein de leur cabinet. L’idée de travailler avec des clients différents m’intéressait.

Je travaille depuis un an et demi dans ce cabinet. Cela se passe très bien et l’ambiance est bonne. J’ai déjà travaillé sur deux missions différentes dans deux maisons de luxe.

Je recommande à tous ceux qui veulent se lancer dans ce domaine de démarrer dans un cabinet car on travaille sur des missions variées. C’est assez formateur. On peut choisir les missions qui nous intéressent sans avoir à changer d’entreprise.

Aux premières loges de l’innovation technologique

Je travaille actuellement sur une mission dans une maison de luxe. Nous développons une application qui vise à améliorer l’expérience en magasin. Il y a un miroir connecté dans la boutique qui détecte les articles essayés par le client et qui les projette sur le miroir. L’application propose des looks qui viennent compléter l’article essayé par le client et ainsi faire de la vente additionnelle.

C’est un projet sur lequel nous travaillons depuis 8 mois et qui va bientôt être déployé en France et dans le monde.

Cette phase de lancement de produit est assez stressante car il y a généralement des problèmes à régler. Mais le déploiement reste une période intéressante car on se déplace beaucoup. On est également amenés à trouver des solutions en cas de problème. 

Dans ce projet, il y a énormément d’acteurs. Je suis en charge de tester l’application. Dès qu’une nouvelle version est publiée, je reteste avec l’équipe dont j’ai la charge l’ensemble des fonctionnalités de l’app. Nous vérifions que tout est fonctionnel. Lorsque ce n’est pas le cas, nous avertissons l’équipe de développement afin qu’un correctif soit apporté. 

Nous gérons également tout le déploiement de l’app, c’est-à-dire prévoir la livraison du matériel dans les boutiques et déployer l’application sur chacun des lieux de vente. 

Le secteur du luxe

Quand on est contacté par une maison de luxe, on est attiré par son prestige. Ce qui m’a beaucoup plu dans le luxe, c’est cette recherche de l’excellence. Cela concerne non seulement le produit final, mais également toutes les étapes qui précèdent. On va se donner les moyens et le temps pour que tout soit parfait.

En tant que jeune, c’est très formateur de travailler de cette manière. Les jeunes aiment généralement que les choses aillent vite. En étant encadrés, on apprend à ajouter d’autres éléments pour rendre notre travail meilleur et aller jusqu’au bout de ce qu’il est possible de faire.

Ce que j’aime dans le luxe, c’est cette recherche de la perfection.

Créer son jeu de société

Quand j’étais en expatriation en Corée du Sud avec des copains, nous avons créé un jeu de société au cours d’une soirée. En revenant sur le campus de Caen, nous y avons joué avec d’autres étudiants. Beaucoup de personnes nous encourageaient à le commercialiser. On nous demandait souvent où il était possible de l’acheter.

Nous avons donc décidé de nous lancer dans l’aventure. Nous étions quatre personnes de l’EM Normandie sur ce projet.

Le jeu est sorti il y a quatre mois. Il s’agit d’un jeu de société de soirée qui a pour thème la ville de Caen. Un plateau reprend les motifs de la ville de Caen. Des mini-jeux permettent également d’apprendre à se connaître au cours d’une soirée.

Nous avons déployé ce jeu dans toute la France. On le vend en direct et sur Amazon. Cela marche bien, nous sommes contents ! Des interviews auxquelles nous avons participé devraient paraître dans les mois à venir.

Garder des liens forts entre étudiants

Nous vivons tous sur Paris maintenant et avons gardé des liens très proches. Je suis notamment en colocation avec l’un de mes amis. Un autre camarade qui était un ancien coloc à Caen habite assez près de chez nous.

Le week-end dernier, nous nous sommes retrouvés à une vingtaine d’anciens de l’EM Normandie.

On se revoit régulièrement même si certains ne font pas partie de nos meilleurs amis. Il y a une bonne ambiance à l’École, cela crée une dynamique positive.

Avec mon groupe d’amis proches que j’ai rencontrés à l’École, nous nous voyons toutes les semaines. Cela nous permet d’avancer sur notre projet commun.

Prendre des risques

Quand on est jeune, on n’a pas peur d’échouer. Je pense qu’il ne faut pas hésiter à postuler pour des postes assez originaux. Il ne faut pas nécessairement écouter ce que disent les autres. Ce qu’ils pensent être « la voie royale » ne l’est pas forcément pour toi.

Je te conseille d’aller vers ce qui t’attire et si cela ne te plaît pas, tu auras toujours le temps de changer par la suite.