Marie - Mon expat' à Oxford

Marie - Mon Expat' à Oxford

Programme Grande École

Dans « Mon expat’ à … », les étudiants de l’EM Normandie reviennent sur leur expatriation dans des destinations aussi variées que le Japon, la Corée, le Chili, la Malaisie, le Chili, la Finlande, le Brésil, le Royaume-Uni, etc.

Ils nous partagent leurs expériences, leur vie quotidienne sur leur campus et dans leur nouvelle ville, leurs rencontres, leurs excursions… Ils vous donnent également toutes les clés pour bien préparer votre future expatriation.

Dans cette interview, Laura actuellement en expat' sur le campus d’Oxford, interroge Marie, étudiante en U3 du Programme Grande École sur le campus d'Oxford et présidente de l’association « The Oxmose Shire ».

campus oxford - Marie 1

Peux-tu te présenter Marie ?

Logo The Oxmose Shire

Marie : J’ai 20 ans. Cela fait 3 ans que je suis sur le campus d’Oxford que j’ai intégré dès la première année.

Depuis l’année dernière, je suis présidente de l’association the Oxmose Shire qui organise des évènements autour de la musique techno et house, un peu comme l’association LDE (Les Dimanches Électroniques) à Caen.

C'est la 3ème année que je suis sur le campus, j'adore la vie à Oxford !

 

Tu es arrivée à Oxford juste après le lycée, est-ce que tu t’es adaptée facilement aux cours en anglais ?

Marie : Je me suis bien adaptée aux cours dispensés en anglais. Au tout début lorsque je suis arrivée à Oxford, j’ai eu besoin d’un temps d’adaptation, puis je m’y suis faite plutôt facilement. Il faut dire qu’au lycée, j’avais déjà un assez bon niveau d’anglais.


Comment t’es-tu adaptée à la ville ? Y a-t-il eu des changements ?

Marie : Je me suis adaptée assez facilement à la ville. J’étais déjà partie seule à Londres pendant une semaine en auberge de jeunesse. Partir toute seule n’a pas été compliqué pour moi. Mais en effet, je peux comprendre qu’en arrivant seul dans une ville étrangère en 1ère année sans connaître personne peut, au départ, demander un temps d’adaptation.

Dès le 2ème jour de mon arrivée, j’ai rencontré plein de monde de l’EM Normandie sur le campus. J’ai donc bien été accompagnée et j’ai pu m’intégrer rapidement.

J’ai rencontré plein de monde dès mon arrivée sur le campus et j'ai pu m'intégrer rapidement.

campus oxford - Marie 2

Comment as-tu trouvé ton logement ? Quels conseils peux-tu nous donner ?

Marie : En U1, j’étais en famille d’accueil durant le premier semestre car j’étais mineure et, de ce fait, il était compliqué de louer une chambre ou un appartement en coloc’. J’ai trouvé ma famille d’accueil par un organisme.

Dès le 2ème semestre de U1, je me suis renseignée sur le site des agences, surtout le site Zoopla qui regroupe de nombreuses annonces de logements de différentes agences. C’est comme ça que j’ai trouvé tous mes logements depuis cette période. Pour faire sa recherche sur le site, on renseigne tous nos critères et l’on trouve toutes les annonces correspondantes.

Il est bon à savoir que le loyer est moins cher pour une colocation avec des étudiants Anglais. L’année dernière j’étais en coloc’ avec un ami dans un appartement dans le centre. Et cette année, j’ai pris une coloc’ à 6 personnes dans une maison un peu plus éloignée du centre-ville, car c’est encore moins cher avec un nombre élevé de colocataires. 


Est-ce que tu vis avec des Français ?

Marie : En 1ère année, je vivais avec des Anglais qui étaient plus âgés que moi. Et depuis la 2ème année, je vis avec des amis français.

À quoi ressemble la vie étudiante avec et sans Covid-19 à Oxford ?

campus oxford - Marie 3

Marie : J’adore la vie à Oxford, même avec le Covid ! On est sur un petit campus de 230 personnes grand maximum. On rencontre tout le monde dans les couloirs.

On s’envoie aussi des messages sur le groupe Facebook avec les étudiants de M2 puis on se retrouve dans les pubs. Ce groupe permet de rencontrer beaucoup de gens et la plupart de ces personnes viennent aux rendez-vous. Cela permet donc de rencontrer toutes les promos.

Le groupe Facebook permet de se donner rendez-vous et de se retrouver. On rencontre beaucoup de monde de toutes les promos.

 

Clairement, la vie à Oxford avec ou sans Covid est super ! Il y a des boîtes, on fait des soirées. On participe aussi à des évènements associatifs, par exemple, avec l’association Wine More Time.

Avec le Covid, on a la règle des 6 appliquée pour les regroupements mais le lockdown en Angleterre est moins restrictif qu’en France : on n’a pas d’attestations à remplir ni de couvre-feu à respecter. En revanche, les policiers donnent des amendes plus facilement en Angleterre.

Avec le Covid, j’ai tout de même choisi de revenir à Oxford alors que d’autres étudiants ont préféré rester en France. Pour ma part, je préfère avoir un lockdown à l’Anglaise plutôt qu’un couvre-feu le soir en France, et en plus, je suis avec mes colocs donc je ne suis pas toute seule.


Que dirais-tu à un étudiant qui hésite à venir à Oxford ?

Marie : Comme Victor, je lui dirais de venir. Au début, on se dit que c’est compliqué de partir seul dans un pays étranger, dans une ville qu’on ne connaît pas.

Mais franchir ce pas est nécessaire pour plus tard. On apprend ainsi à prendre des décisions. Cela demande un peu de courage au départ mais il faut se dire que c’est vraiment l’opportunité de voyager pendant ses études. C’est vraiment la période idéale pour se lancer et pour rencontrer plein de nouvelles personnes.

Franchir le cap de l'expatriation est une vraie opportunité à saisir pendant ses études.

 

Voir le Replay sur Instagram