Justine Jan

Justine Jan

Programme Grande École
Baroudeuse et écrivaine

Le voyage solo comme mode de vie

Mes parents sont des voyageurs qui ont toujours aimé la baroude et l'inattendu. Quand on partait en voyage durant mon enfance, on ne savait pas toujours ce qui allait se passer. On ne fréquentait pas d'hôtels mais voyageait dans un Land Rover. Durant les mois d'été, nous parcourions les routes de France et d'Espagne.

Ce fut le premier contact que j'ai eu avec le voyage et avec les découvertes faites en chemin. On rencontre de nouvelles personnes. On mange des choses inconnues. Quand on est jeune, on n'a pas nécessairement le recul sur ces choses et on peut être réfractaire.

Lors de ma troisième année d'études, je suis partie seule en Malaisie. J'avais toujours aimé le voyage solo, mais là, j'étais plongée dans le grand bain ! On est forcément amené à rencontrer des personnes lorsque l'on voyage solo. Cette première expérience à l'international m'a permis de découvrir des choses sur moi, sur mes capacités et sur les opportunités multiples qu'on peut avoir à l'étranger. Cela m'a ouvert sur l'extérieur. 

Je suis une personne assez solitaire mais j'apprécie de rencontrer des personnes sur ma route et pouvoir échanger quelques mots.

Ces rencontres permettent d'entrer dans leur vie personnelle et d'apprendre à les connaître. Lorsqu'on voyage à plusieurs, on ne peut pas autant rencontrer les locaux puisqu'on se suffit à nous-même. On n'a pas nécessairement envie d'aller vers les autres.

Mes parents ont insisté pour que j'aille jusqu'au Master. Même si ce n'était pas mon objectif, je suis contente d'y être parvenue. Je savais pertinemment que je n'allais pas abandonner cette passion des voyages. J'ai accepté de terminer mes études en sachant que j'allais de nouveau partir à l'étranger. J'ai tellement appris au cours de mes voyages !

Je suis contente d'avoir découvert le voyage en solo. Beaucoup de personnes ont des a priori sur le fait d'être seul en voyage, au resto, au ciné... Ils se disent : "oh la pauvre, elle n'a pas d'amis". Je vois plus cela comme un moment avec soi-même, comme un plaisir que l'on s'offre. Au restaurant, cela m'arrive de discuter avec la table d'à côté.

Se lancer dans l'écriture

J'ai toujours été une personne déterminée. Lorsque j'ai une idée en tête en rapport avec l'écriture ou le voyage, on peut difficilement me la retirer. Je ne me verrais pas partir en voyage sans un bloc-notes et un stylo pour prendre des notes même si aujourd'hui je travaille plutôt sur dictaphone.

Lors de mes voyages, j'enregistre tout ce qui me passe par la tête. Cela permet de capturer les émotions vécues lors de chaque expérience. L'écriture occupe une grande place dans ma vie depuis très longtemps.

Je considère que chaque vie a son lot de choses intéressantes. Il arrive parfois qu'une parole nous apporte beaucoup, voire change des choses dans notre vie. Certaines expériences de vie peuvent aussi nous faire prendre conscience de la chance qu'on a dans la vie. Cette conscience d'être incroyablement chanceuse m'a beaucoup aidée dans mon écriture. Beaucoup de personnes n'ont par exemple pas la chance de pouvoir faire des études de commerce et de pouvoir voyager autant.

Mon père me conseillait souvent d'écrire un livre. Je n'avais pas l'impression d'avoir de grandes choses à raconter car beaucoup d'autres personnes voyagent également. Je n'avais pas d'histoires spécialement folles à raconter. Pourtant lorsqu'on m'a dit que mon livre était génial, je me suis rendu compte que mes histoires plaisaient.

Ce n'est pas rien d'écrire un livre et de le voir une fois imprimé. Je me dis : c'est moi qui ai fait ça ! Je trouve génial d'avoir mon propre livre et qu'il soit présent à La Galerne.

J'ai trouvé cela fou qu'on me contacte moi pour être publiée ! J'ai plein d'idées de livres en tête et particulièrement de romans. J'adore raconter des histoires.

Développer le savoir-faire manuel

Mon parcours à l'EM Normandie m'a permis d'avoir de bonnes bases en matière de commerce. Je me sers beaucoup de ces connaissances pour mes livres. À l'origine, le marketing ou le management n'étaient pas ma passion et pourtant ils me servent aujourd'hui dans mon propre business.

Il y a plusieurs années, mon père me disait que pour réussir dans son métier, il faut savoir faire quelque chose de ses mains. Je pense que cette idée m'est toujours restée en tête. J'ai découvert le monde de la pâtisserie et de la chocolaterie. J'ai appris à apprécier les grands chocolats comme on apprécie les grands vins, à découvrir les différentes notes de goût et les origines des grands crus.

J'ai en tête des idées de "voyage" mais on ne sait pas ce que la vie nous réserve.

Je n'avais pas du tout prévu de me lancer dans la pâtisserie ou le chocolat. Tout est une question d'adaptation. J'adorerais être une voyageuse chocolatière mais dans le pire des cas, je saurai faire de super gâteaux à mes convives !

J'adorerais pouvoir voyager et devenir une voyageuse chocolatière. J'ai vu peu de personnes qui faisaient cela. Je voudrais aussi pouvoir écrire sur cette expérience et développer cette activité. Lorsque je pars à l'étranger pour découvrir les saveurs utilisées dans différents endroits, je peux les réutiliser dans de ma pâtisserie. J'adore pouvoir découvrir de nouvelles choses en voyageant !

Mes parents m'ont beaucoup aidée pendant mes études, notamment lorsque j'étais sur Paris. Aujourd'hui, je souhaite être complètement indépendante. J'ai toujours financé mes voyages seule en économisant sur mes salaires et gratifications de stage. Avoir une vie bien rangée ne me fait pas du tout rêver. Avoir un "chez moi" reste quelque chose de temporaire. Je ne suis pas non plus matérialiste et pourrais revendre tous mes objets du jour au lendemain.

J'aime aussi aller à l'encontre de ce que disent les gens et ne pas trop écouter leurs opinions. Certaines vont essayer de vous décourager, d'autres vont avoir de la jalousie ou ne vont pas approuver votre projet. J'essaie de garder les choses pour moi et de continuer d'avancer dans mes projets sans me fier ou me confier aux autres.