Jasmine Mon Expat à Dubai portrait

Jasmine - Mon Expat' à Dubaï

Programme Grande École

Peux-tu te présenter ?

Jasmine : Je suis actuellement en 3ème année à l’EM Normandie. J’ai fait les premières années de mon parcours sur le campus de Paris. J’ai rejoint l’association Lama'ttitude lors de ma 1ère année à l’EM Normandie, qui est à l’origine Havraise. Avec d’autres étudiants, nous avons monté une branche de cette association à Paris. C’était une superbe expérience.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (14)

Où es-tu partie en expatriation ?

Jasmine : Je suis arrivée à Dubaï à la fin du mois d’août. Je suis à Ajman University qui est l’une des universités partenaires de l’EM Normandie. Ajman est également un émirat des Émirats Arabes Unis situé à environ une heure de Dubaï.

Depuis le début, nous avons la totalité de nos cours en distanciel. Seuls les examens ont pu être effectués en présentiel. Je suis restée vivre à Dubaï étant donné que je suis mes cours à distance, sinon il aurait fallu que je déménage à Ajman pour éviter une heure de transport.

Est-ce que c’était ton premier choix ?

Jasmine : J’avais envie de partir loin, de sortir de l’Europe. Je trouve que le Moyen-Orient est une zone dynamique. C’est un carrefour pour le commerce mondial. De plus, je souhaite me diriger plus tard vers le domaine du luxe et je pense que Dubaï est un endroit approprié.

La dernière raison est plus personnelle. Ma maman a effectué une partie de sa carrière en lien avec le Moyen-Orient, c’est pourquoi j’ai toujours eu une attirance pour cet endroit.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (8)

Quels cours suis-tu à Dubaï ?

Jasmine : Comme c’est une université, nous avons pu choisir nos cours. Nous avons cinq matières. Pour ma part, j’ai choisi international marketing, management of small business (idéal quand on souhaite créer son entreprise), advertising and promotion, production and operation et organisational behaviour.

Tous mes cours sont en anglais. J’aurais aimé également prendre des cours d’arabe mais je n’ai pas pu.

En quoi consiste ton travail chez Shizen ?

Jasmine : C’est une entreprise de sport truck. Je connais son fondateur depuis que je suis petite. Il a appris que j’allais partir à Dubaï alors que l’entreprise devait être présente à l’Expo. Il m’a donc proposé de devenir coordinatrice pour la marque à Dubaï. J’ai tout de suite accepté sa proposition.

Le concept de Shizen consiste à remplacer la salle de sport par un camion tout équipé. C’est le terrain de sport qui vient à vous ! On met à disposition tout le matériel utile pour pratiquer n’importe quel sport.

L’entreprise s’appuie sur plusieurs leviers. Tout d’abord un levier éducatif car elle se déplace dans les universités. Ensuite, le levier santé car elle vise à lutter contre la sédentarité au travail. Il y a aussi un aspect social car elle s’adresse à tous publics. Et enfin, c’est un concept éco-responsable car il consomme peu d’énergie contrairement à une salle de sport.

Plusieurs étudiants de l’EM Normandie sont en alternance chez Shizen. Le fondateur, Benoît Campargue, est aussi intervenu plusieurs fois en cours. C’est un ancien judoka et aussi coach de Teddy Riner. Il l’a notamment amené à la victoire à Londres en 2012. C’est un vrai passionné et je trouve son concept très bien pensé.

Ce concept est-il exportable ailleurs qu’à Dubaï ?

Jasmine : Il existe déjà trois camions en France qui tournent dans les grandes villes, qui vont à la rencontre des jeunes dans les cités, dans les établissements scolaires…

Pour implanter le concept à Dubaï, il a fallu louer un camion sur place pour éviter d’avoir à le faire venir. Ce concept fonctionne bien ici, il devrait donc pouvoir être dupliqué sur d’autres territoires.

Comment se passe ton expatriation ?

Jasmine : Je suis venue avec quatre autres étudiants de l’EM Normandie. Cela s’est bien passé pour nous. Il faut savoir que les locaux restent beaucoup entre eux. On peut assez facilement discuter avec eux mais ils ne vous intègrent pas dans leurs groupes.

On a rejoint les groupes Facebook des communautés françaises sur place. C’est une ville très cosmopolite avec près de 80% d’habitants qui sont expatriés. Nous avons pu rencontrer des Français de notre âge qui sont aussi en expatriation, en études ou en stage. C’est super de pouvoir se réunir et faire des activités ensemble.

Nous avons rencontré des personnes de nombreuses nationalités, y compris à la salle de sport ou dans nos activités quotidiennes. A Dubaï, les gens vont facilement ouvrir leur porte et ils le font volontiers. C’est très appréciable.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (10)

Où vis-tu à Dubaï ?

Jasmine : J’ai déménagé plusieurs fois. Au départ, j’étais dans une colocation à Dubaï Marina. Pour quatre personnes, nous avions pris un appartement avec deux chambres. On payait entre 600 et 650 euros chacune. Cela peut paraître cher mais nous étions dans une résidence récente et bien équipée par rapport à d’autres qui avaient des logements anciens.

Ensuite, nous avons déménagé pour trouver un logement moins cher par groupe de deux colocataires. J’étais en binôme avec une amie. Nous avons trouvé un studio dans le même bâtiment. Dernièrement, j’ai déménagé dans une autre tour à l’autre bout de la Marina pour être avec mon copain.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (9)

Comment est la nourriture ?

Jasmine : On mange de tout. On trouve toutes les cuisines du monde, avec des choses chères et d’autres pas chères. Dans tous les cas, je n’ai jamais été déçue par la qualité.

Y a-t-il des bars à Dubaï ?

Jasmine : Oui, il y en a beaucoup et même des boîtes de nuit. Par contre, si tu n’as pas 21 ans, tu ne peux pas entrer dans ces établissements.

Y a-t-il des endroits à visiter absolument ?

Jasmine : Il y a beaucoup de choses à faire sur place. Dans Dubaï, il faut aller voir la Burj Khalifa, le Burj al-Arab, la Marina… Mon endroit préféré c’est Bluewaters Island, un endroit magnifique très calme où il y a la grande roue. Il y aussi toutes les plages et leurs beach clubs.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (13)

Si vous avez la possibilité de voyager dans le pays, c’est superbe car on trouve toutes sortes de paysages : la montagne, la mer, le désert.... Abou Dabi est également à visiter.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (11)

As-tu progressé en anglais ?

Jasmine : Honnêtement, ce n’est pas l’endroit idéal si on souhaite progresser en anglais car on se retrouve avec beaucoup d’étrangers qui ne maîtrisent pas parfaitement l’anglais. Et je côtoie aussi beaucoup de Français sur place.

Quelle température fait-il à Dubaï ?

Jasmine : Quand je suis arrivée à Dubaï, il faisait 40°C avec un taux d’humidité de 80%, c’est pratiquement intenable. Personne ne reste dehors par ce temps.

Depuis le début du mois d’octobre, cela s’est rafraîchi, c’est beaucoup plus agréable. Il fait aux alentours de 26°C en journée et 22°C le soir au mois de décembre ! C'est super !

Parle-nous de l’Expo ?

Jasmine : C’est un événement qui se tient jusqu’à fin mars. D’énormes moyens ont été déployés pour la mettre en place, sachant qu’il y a 4 ans, il n’y avait que du sable à cet endroit.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (2)
Jasmine Mon Expat à Dubaï (6)

Recommandes-tu cette expatriation ?

Jasmine : Complètement, je suis ravie d’être ici. Je vais rentrer en France pour les fêtes de fin d’année mais j’envisage de revenir à Dubaï après mes études.

Jasmine Mon Expat à Dubaï (4)

Quel conseil donnerais-tu à un étudiant qui veut aller à Dubaï ?

Jasmine : C’est une expérience d’abord individuelle alors profitez à fond. L’expatriation permet de s’ouvrir l’esprit.

Voir le replay sur Instagram