Frédéric Daruty

Frédéric Daruty

Programme Grande École
Président du média 20 Minutes

Bonjour, je m'appelle Frédéric Daruty. Je vais vous raconter comment je suis devenu Président du média 20 Minutes. Découvrez mon parcours de Procter & Gamble en 1991, jusqu'à 20 Minutes en 2021. Je vous parle aussi de mes années EM Normandie, qui m'ont vraiment marqué. J'ai gardé d'excellentes relations avec mes camarades de promo, celle du dessus et aussi celle du dessous. Aujourd'hui je peux dire que mes meilleurs amis sont des amis de promotion.

Les premiers pas professionnels

En 1991, c’était la période de la guerre du Golfe qui a marqué une étape dans le recrutement des cadres d’une manière générale. En sortant des études, on recevait chacun 5 à 6 offres d’emploi de la part des recruteurs sans rien à faire. Je me souviens avoir reçu une offre de la marque Mölnlycke qui produisait des protections féminines de la marque Nana. J’étais mort de rire avec mes amis car je ne me voyais pas du tout vendre ce type de produits à un acheteur.

J’ai finalement intégré l’entreprise Procter & Gamble qui a décidé 6 mois plus tard de lancer la marque Always. Je me suis retrouvé à vendre ce produit en cours de conception, à devoir expliquer techniquement en quoi c’était un très bon produit. L’entreprise m’a aidé à trouver les bons termes pour parler d’un produit qui me mettait mal à l’aise. Les cultures ont beaucoup évolué depuis car on parle des protections périodiques de manière plus libérée, y compris chez les hommes. L’anecdote c’est que je me suis retrouvé à vendre ce produit aux acheteurs et acheteuses de la grande distribution alors que j'avais refusé dans une précédente entreprise !

Les débuts du digital

À cette époque, les nouvelles technologies étaient beaucoup moins présentes. En France, on était encore sur Minitel et les téléphones portables existaient à peine. Je me souviens avoir eu mon premier téléphone portable en voiture sous la forme d’une grosse valise à transporter ! 

Je suis parti de chez Procter & Gamble en 2000 pour rejoindre une startup qui vendait en ligne toutes sortes de produits de beauté (grande consommation, parapharmacie, parfumerie...). Ce site e-commerce arrivait un peu tôt par rapport à la sécurité des paiements et à la qualité de la connexion internet de l’époque. Au bout d’un an, le projet a échoué car on ne vendait pas assez.

On est au début du média digital. AOL qui était fournisseur d’accès à internet a réussi à créer un environnement assez propre à ses utilisateurs pour développer une offre média différente, avec une régie, des offres commerciales… C’était le bon mix entre une organisation assez innovante et une marque qui avait déjà quelques années. 

Je suis entré chez AOL pour faire du marketing de l’offre et structurer l’offre commerciale. J’ai fait cela pendant un an puis progressivement le goût de la vente est revenu. J’ai contribué à développer une offre pour la grande consommation pour faire venir les produits de grandes marques vers le numérique. J’ai progressivement pris des responsabilités en prenant la direction commerciale, puis la direction générale en 2008.

Je savais que nous allions devoir restructurer les équipes. Lors d’un séjour d’affaires à Londres, on nous a annoncé qu’AOL allait fermer tous les bureaux pour ne conserver que ceux des pays anglo-saxons. L’annonce a été assez violente car j'allais devoir licencier 87 personnes. Je n’ai pas eu d’autres choix que d’accepter cette décision.
Heureusement, ces collaborateurs étaient très performants et ont rapidement retrouvé du travail ailleurs. De plus, le marché du travail de l’époque était particulièrement dynamique.

Gérer la transformation numérique d’un grand groupe

J’ai rencontré un ancien collègue de chez Procter qui savait qu’AOL ne se portait pas très bien. Il travaillait chez Prisma Presse (Prisma Media) et recrutait quelqu’un pour gérer les activités numériques, et notamment la transformation numérique des entreprises.

Prisma est une forte marque média qui regroupe des marques comme Geo, Capital, Femme Actuelle, National Geographic… Une autre marque très populaire à l’époque était Télé-Loisirs qui est aujourd’hui une application largement utilisée pour consulter le programme TV. Prisma a également une forte capacité à produire du contenu, avec 500 cartes de presse qui rédigent énormément de contenu pour le print.

L’enjeu consistait à faire en sorte que ces marques existent également sur les canaux numériques. Chacune des marques avait des cibles et des cultures assez différentes. Il fallait trouver les personnes compétentes pour gérer cette transformation et mettre en place des outils communs pour se développer. 

J'arrivais à ce moment à un stade de ma carrière où j'avais eu des expériences assez longues dans chaque entreprise. Je souhaitais me remettre en question et réfléchir à mon avenir, comme par exemple choisir entre une petite et une grande organisation, trouver un ratio entre risque et excitation au travail.

Devenir président de 20 Minutes

Ce qui m’a vraiment convaincu de rejoindre 20 Minutes, c’est le fait que la marque soit très connue et avec un ADN assez fort. C’est également une équipe à taille humaine de 200 personnes contrairement à Prisma qui est un groupe très puissant au niveau international avec 1 300 personnes.

J’ai trouvé qu’intégrer 20 Minutes était l’occasion de trouver plus d’agilité et de faire bouger les lignes un peu plus rapidement, chose dont j’avais besoin. Il faut se connaître soi-même, identifier ses aspirations et ses goûts pour pouvoir s’épanouir à titre personnel dans son environnement professionnel. Il faut trouver du sens dans le travail, même si ce sens est différent en début et en fin de carrière. Il aide à guider ses choix à court et moyen terme.

Le lien à la promo de l’EM Normandie

La promo de l’École constitue mon premier réseau d’amis. Il est très important pour moi car nous partageons des goûts en commun et l’on s’apprécie énormément. On entretient une certaine proximité qui fait que l’on se comprend très vite. J’ai également rencontré mon épouse à l’École et je pense ne pas être le seul dans ce cas !

Grâce au réseau, on reste très proche de sa promo ainsi que de celle d’avant et d’après. Naturellement, avec le temps, les liens se distendent avec les promos d’après mais les liens restent forts avec sa propre promo. Mes meilleurs amis sont ceux que j’ai rencontrés à l’EM Normandie.