Gabin Forcier

Gabin - Mon Expat' à Kuala Lumpur

En M1 - Programme Grande École

Gabin revient sur son expatriation à Kuala Lumpur. Dans la précédente édition de "Mon Expat' à", nous parlions du Campus d’Oxford.

Dans cette rubrique, nous allons parler d’expatriations d'une durée d'un ou plusieurs semestres en université partenaire proposées à partir de la U3 du Programme Grande École.

Malaisie 1

Malaisie

 

Présente-toi en quelques mots.

Gabin : Je suis étudiant sur le campus du Havre en M1 à l’EM Normandie. Je suis parti une année à Kuala Lumpur en Malaisie dans le cadre de l’année de U2 du Programme Grande École. 


Est-ce que cette destination était ton premier choix ?

Gabin : Tout à fait, c’est l’endroit où je voulais partir pour mon expatriation. J’ai longtemps hésité avant de partir aussi loin, car au départ, je pensais partir à Budapest. C’était le choix de la facilité de rester en Europe, et puis, je me suis dit au dernier moment « Allez, go ! » et j’ai décidé de partir à Kuala Lumpur. En plus, j’avais de bons résultats en cours.


Tu étais dans quelle université partenaire en Malaisie ?

Gabin : J’étais à l’UNIKL, c’est la seule université de Kuala Lumpur en lien avec l’EM Normandie. C’est une grosse université qui a plusieurs campus dans la ville.


Quels types de cours suivais-tu ?

Gabin : C’étaient sensiblement les mêmes cours que l’on pouvait suivre en France, avec des matières comme le management, la finance et le marketing. Au début du semestre, on nous donne une liste de cours parmi lesquels on peut choisir. On constitue notre planning en fonction de ce qui nous arrange et des cours qui nous intéressent. 

J'avais des cours similaires à ceux de la France : management, finance et marketing.


Tu avais combien de moyenne en U1 ?

Gabin : J’avais suffisamment de points pour intégrer l’université de mon choix. J’étais 19ème au classement en U1, ce qui a facilité le fait que je sois pris dans mon premier choix. En ayant des bons résultats, on a plus de chances de partir où l’on veut.


Est-ce que les cours étaient en anglais ?

Gabin : Oui, tous les cours étaient en anglais. C’est la même chose que si on suivait le parcours anglophone en restant en France. Tous les étudiants et les profs là-bas parlaient plutôt bien anglais. Dans la ville, les habitants avaient plus de mal mais sur les campus, tout le monde parlait anglais. 


Est-ce que le fait de partir en expatriation t’a permis d’améliorer ton niveau d’anglais ?

Gabin : Bien sûr, surtout dans l’aisance orale. Le fait d’être avec d’autres étudiants en expat’ et de parler anglais tous les jours, forcément, cela aide à progresser. Au niveau grammatical, je fais encore quelques erreurs mais en tout cas, il n’y a plus ce blocage de la langue que je pouvais avoir avant. C’est vraiment plus simple et plus agréable aujourd’hui.

En pratiquant l'anglais quotidiennement, j'ai beaucoup progressé à l'oral.


Can you speak in English for us?

Gabin : Yes, sure. I can speak in English!


Comment as-tu fait pour trouver ton logement là-bas ?

Gabin : Je ne voulais pas prendre un logement à l’avance pour ne pas avoir de mauvaise surprise en arrivant. J’ai donc fait le choix de prendre une auberge de jeunesse pendant 10 jours quand je suis arrivé. Cela m’a laissé le temps dès les premiers jours de mon arrivée de rencontrer des étudiants avec qui faire une coloc. En 5-6 jours, j’ai trouvé 2 autres étudiants, un Suédois et un Allemand et on a monté une coloc. On a trouvé un appartement ensemble rapidement. Je conseille de ne pas prendre de logement à l’avance car c’est plus cher et on peut parfois tomber sur des arnaques.

J'ai trouvé rapidement mon logement sur place avec deux colocataires. Il vaut mieux éviter de prendre son logement à l'avance.


Est-ce que tu as suivi un programme sur-mesure ?

Gabin : Non, c’était un programme d’échange classique dans le cadre du U2.


Est-ce que tu as pensé à faire un stage sur place ?

Gabin : Non, parce que je devais suivre les cours sur place et qu'avec le visa, je n’avais pas le droit de travailler. De plus, j’ai surtout profité de mon temps libre pour voyager.


Comment est la nourriture en Malaisie ?

Gabin : Cela ne ressemble pas à ce qu’on mange en France. C’est un pays multiculturel, on trouve de toutes sortes de nourriture. Je mangeais souvent indien ou asiatique de manière générale. La nourriture est bon marché sur place, pour 1,50€ à 2€, on avait un repas complet. Je mangeais très souvent à l’extérieur du campus dans le petit resto du coin. 

La vie est peu chère en Malaisie. On peut manger au restaurant tous les jours et partir en voyage dans les pays voisins !


Quel a été le coût de ton expatriation ?

Gabin : Sachant que j’ai pas mal voyagé, cela m’a coûté un peu d’argent, même si cela ne coûte vraiment pas cher de voyager en Asie du Sud Est, vers l’Indonésie ou le Cambodge par exemple. Pour donner un ordre d’idée, un billet d’avion aller-retour en avion pour un weekend à Bangkok coûte environ 80€.

Thailande 1

Thaïlande

Thailande 2

Thaïlande

Comment as-tu accédé à cette expat’ ? As-tu passé un test d’anglais ?

Gabin : De mémoire, il fallait avoir 750 au TOEIC pour pouvoir accéder à cette expatriation. Puis le classement en cours faisait la différence entre les étudiants. Le service des affaires internationales vous renseigne très bien sur les expatriations.


Comment occupais-tu ton temps libre ?

Gabin : J’ai pas mal visité Kuala Lumpur et la Malaisie en général. Il y a pas mal de paysages différents, des montagnes, des plages et des très grandes villes. Je suis aussi allé en Thaïlande et en Indonésie. Cela permet de passer de bons moments avec d’autres expatriés et de tisser des liens.

J'ai beaucoup voyagé pendant mon Expat' : Malaisie, Thaïlande, Indonésie, Singapour etc.


Ton expat’ était avant la période Covid ?

Gabin : Oui, car j’étais en U2.


Comment s’est passé l’intégration dans le pays ?

Gabin : Il y avait un weekend d’intégration avec une cinquantaine d’autres étudiants internationaux. On est allés sur une île paradisiaque au nord de la Malaisie. Cela m’a permis de faire connaissance avec des étudiants avec qui j’ai ensuite passé le semestre.

Malaisie 2

Malaisie

Malaisie 3

Malaisie

As-tu gardé le contact avec eux ?

Gabin : Oui, j’ai gardé le contact avec un Italien et une Française.


Y a-t-il des bars en Malaisie ?

Gabin : Tout à fait, il y a des bars et de nombreux endroits où passer du bon temps.


Quels sont d’après toi les meilleurs endroits à visiter en Malaisie ?

Gabin : Au nord-ouest, il y a des côtes magnifiques avec du sable fin et de l’eau turquoise, c’est magnifique. Vers le centre du pays, il y a une région montagneuse où il fait plus froid (20°C) et où il y a des champs de thé dans la brume, c’est super joli aussi. Cela coupe aussi de la chaleur quotidienne qu’on peut avoir dans les grandes villes et en Malaisie en général.


C’est à combien de temps de Kuala Lumpur ?

Gabin : Les îles au nord sont à moins d’une heure d’avion de Kuala Lumpur, cela se fait rapidement. Pour aller dans la région montagneuse au centre du pays, on avait mis 5-6 heures en bus. Cela se fait plutôt bien.


Quel est ton meilleur souvenir là-bas ?

Gabin : On a fêté le nouvel an à Bali avec d’autres expatriés. On était une quinzaine de personnes à avoir loué une petite villa. C’était plutôt agréable. Le lendemain matin à 10 heures, on est allés faire du surf !

Bali

Bali

 

Quel est ton pire souvenir ?

Gabin : J’ai eu un accident de voiture. Je partais à l’aéroport pour aller en Indonésie vers 5 heures du matin. Mon chauffeur a grillé un feu rouge et une voiture nous a percutés. Heureusement, nous n’avons rien eu mais la voiture était complètement morte.


Dans quels pays as-tu voyagé ?

Gabin : En Indonésie, à Singapour, en Thaïlande et au Cambodge. J’ai beaucoup voyagé pendant mon expat' qui a duré 4 mois et demi.

Singapour

Singapour


C’était quoi le rythme des cours ?

Gabin : J’avais réussi à mettre tous mes cours en début de semaine sur 2 jours et demi. Cela me laissait du temps pour voyager à côté, voir des gens et pour mes loisirs.


Comment as-tu validé ton semestre ?

Gabin : Le niveau requis pour valider le semestre n’est pas excessivement difficile. Mais il faut bien suivre en cours et travailler le soir et avant les exams pour réussir.


La vie étudiante en Malaisie est-elle différente de celle en France ?

Gabin : Oui, carrément. Il faut savoir que la Malaisie est un pays majoritairement musulman, c’est même la religion d’État. La grande majorité des femmes est voilée là-bas. C’est surprenant au début mais on s’y fait très vite. J’ai trouvé très intéressant le fait d’être confronté à une religion que je ne connaissais pas et de casser les préjugés que l’on peut avoir. La relation avec l’alcool est également différente mais les étudiants sortent comme on le fait aussi en France.

La vie étudiante en Malaisie est très différente de celle de la France.


Est-ce que tu recommandes de faire cette expat’ à Kuala Lumpur ?

Gabin : Oui, c’est une expérience hyper intéressante. On peut voyager, on rencontre plein de gens, la vie est peu chère et il fait chaud, ce qui n’est pas négligeable !


Quel conseil donnerais-tu à une personne qui part en expat’ ?

Gabin : Mon premier conseil est de ne pas rester avec les Français si l’on veut progresser en anglais et se mêler vraiment à la culture, il faut se forcer un peu au début à se faire des amis étrangers.


Le mot de la fin...

Gabin : Travaillez en cours et donnez-vous les moyens de partir à Kuala Lumpur pour prendre du plaisir dans votre expatriation. Donnez-vous les moyens de rencontrer des gens, de vous ouvrir à d’autres possibilités de voyager. Ne restez pas dans votre zone de confort. L’expatriation c’est vraiment l’opportunité de se surpasser, profitez-en !

 

Voir le Replay sur Instagram